80 km/h et panneaux de signalisation

« Avec la limitation à 80 km/h, je ne comprends plus la signalisation routière. »

Comme vous le savez, les décisions prises concernant la limitation de vitesse sur certaines routes secondaires s’inscrivent dans un contexte précis : après douze années de baisse continue de la mortalité routière, celle-ci a à nouveau augmenté depuis 2014. La première cause de mort violente en France reste la route (9 morts et 65 blessés graves par jour en 2016). La première cause d’accident routier mortel reste la vitesse (31%). Enfin, le réseau routier sur lequel les accidents mortels sont les plus fréquents est celui des routes à double sens sans séparateur central : il représente en effet 55% des accidents mortels.

Depuis le 1er juillet 2018, la vitesse est donc, à défaut d’autre signalisation, limitée à 80 km/h sur l’ensemble des routes à double sens sans séparateur central, routes qui étaient préalablement limitées à 90 km/h.

Dès lors, il convient de signaler les tronçons de routes qui dérogent à cette limitation générale par un panneau de début et de fin de dérogation : tout panneau de signalisation de fin de limitation sur une route à double sens sans séparateur central indique donc un retour à la situation de limitation générale, c’est à dire 80 Km/h.

Cette situation n’est d’ailleurs pas nouvelle : c’était en effet déjà le cas pour les tronçons limités à 110 km/h qui s’achevaient par un panneau de fin de limitation et n’étaient pas suivis d’un panneau de nouvelle limitation à 90 km/h.

En ce qui concerne la sortie de rond-point ou d’agglomération, le principe est identique à ce qui existait auparavant : sauf indication contraire, la limitation générale est à présent fixée à 80 km/h.

De plus, concernant les étrangers arrivant en France, la vitesse limite de 80 km/h sur notre territoire leur est indiquée dès leur entrée dans notre pays, aux frontières, en sortie d’aéroport ou de port.

Naturellement, s’il m’est difficile de me porter garante que cette mesure de limitation aura pour conséquence immédiate la baisse de la mortalité routière, je souhaite néanmoins que nous mettions tout en œuvre pour sauver des vies sur nos routes. Cette mesure n’est pas encore définitive : il est instauré une clause de revoyure au 1er juillet 2020 afin d’étudier avec précision et objectivité l’impact sur l’accidentalité de cette mesure.

Nous serons alors à même de juger plus précisément son efficacité et d’en décider le maintien, l’aménagement (restriction à certains tronçons par exemple) ou le retrait.